02 98 39 62 25
Contact Fax (sur rendez-vous) :
09 50 04 32 70
Siège social : 5 Hent Meneyer, 29 950 Gouesnac'h, France.
Correspondance : 2 impasse de Kervégant, 29 350 Moëlan sur mer, France.

La réserve naturelle



Copyright Tony Duarte



Les côtes et les fonds sous-marins sont une richesse précieuse pour l’île de Saint-Barthélemy. Aussi, il a été créé en 1996 une réserve marine, en différents endroits autour de l’île, des zones protégées dans un périmètre de 500 mètres, et aussi des zones de réserves naturelles.

La réserve naturelle est gérée par « Grenat » c’est une association dont la vocation est de gérer l’ensemble de la réserve naturelle avec l’aide de la collectivité locale et de l’Etat, ainsi qu’avec « SubProtect » association protectrice de l’environnement sous-marin, et aussi avec l’association des plongeurs professionnels. Son but ultime est de protéger les différents habitats marins de l’île, ceci afin d’assurer la pérennité du milieu et de ses nombreuses espèces qui y vivent.

En effet, ceci était devenu indispensable, compte tenu de l’afflux de touristes sur l’île, de la multiplication des hôtels, de plus de véhicules à moteur, des mouillages sauvages de bateaux sur les côtes, des rejets de pollution, notamment des eaux usées, toujours plus importants avec le peuplement de l’île, et ses nombreux visiteurs.

La pêche est interdite dans les « zones de protection renforcée » et réglementée ailleurs, cela comprend aussi le ramassage de coraux ou de coquillages, la pêche de langoustes. De même la pratique du ski nautique ou du jet-ski y est prohibée, et le mouillage interdit, sauf autorisation.

Une carte qui indique les zones est disponible à l’entrée de chaque plage, et le rôle le plus important de la réserve naturelle est d’informer et de sensibiliser la population locale, ainsi que les touristes, à la nécessité de préserver l’environnement. Les règles sont strictes, par exemple on ne doit pas toucher les animaux marins, ni les nourrir, et la plongée est encadrée et organisée par des moniteurs brevetés d’Etat uniquement, qui rapporte de la qualité de la réserve à l’organisme gestionnaire, par leurs observations, et contrôle, lors des plongées.

La meilleure saison pour la plongée sous-marine à St Barth, est du 15 avril, à la fin août, avant que ne commence la saison dite cyclonique, un peu plus froide 25 °C. et avec plus de vent des alizés, mais dès avril on retrouve une température de l’eau à 28 °C. Les milieux naturels du littoral, et sous-marin, sont en effet une des grandes richesses de l’île, avec notamment ses coraux (on ne dénombre pas moins de 51 espèces de 31 genres différents), également 183 espèces de poissons étaient comptabilisées en 2007, avec une densité moyenne de 238 individus / 100 m², un taux très honorable par rapport à d’autres réserves des Antilles, notamment sur l’île de Saba, un modèle de préservation des fonds marins.

Le « SEI » (Sustainable Ecosystems Institute) a déjà montré que les populations vivantes et la biodiversité se reconstituaient bien plus rapidement, depuis 1996 et la création de la réserve, autour de certains îlots, comme ceux de « Gros-Ilets » et de « Pain de Sucre », restauration du milieu qui semble très directement liée à la mise en place de la réserve (et ceci même si la pêche n’est pas interdite dans toute la réserve).

Cependant, l’information et la sensibilisation des visiteurs de l’île à ces conceptions écologiques ne suffisent pas toujours, et donc les gardes de la réserve doivent assurer un rôle de « police de la nature ». En effet, afin de lutter contre le braconnage et les atteintes à l’environnement, ils effectuent des surveillances maritimes et terrestres constantes.




un mérou, Tony Duarte
Un Mérou, ou Vieille à carreau, à sauvegarder car prédateur du Poisson Lion. Copyright Tony Duarte



Poisson Soleil, Tony Duarte
Un Poisson Soleil, rare le jour, il chasse la nuit. Copyright Tony Duarte